Aller à la page Formation aux Sagesses d'Orient et d'Occident

Agenda

Consulter l'agenda complet

  • Grandes oeuvres philosophiques. Propos sur l'éducation d'Alain
    jeudi 27 avril 2017 de 10h à 12h
    19 bd Salvator 13006 Marseille

  • Les grandes oeuvres philosophiques. La crise de la culture d'Hannah Arendt
    jeudi 4 mai 2017 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Les grandes oeuvres philosophiques. Le phénomène humain de Teilhard de Chardin
    jeudi 11 mai 2017 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

Juillet 2015

Éditorial par Fernand Schwarz, Président fondateur de Nouvelle Acropole en France

Télécharger la revue

Pour en savoir plus

 

En quête de sens, un voyage au-delà de nos croyances

C’est au cinéma Le Louxor à Paris, devant une salle pleine (plus de 350 personnes), qu’a été projeté En quête de sens, un voyage au-delà de nos croyances, le film documentaire de Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière. Notre association a voulu faire partie de cette aventure participative, choisie par les auteurs, pour distribuer leur film et organiser ainsi une projection à Paris.

 

Après six mois de voyage et quatre ans de travail pour faire le film, les deux auteurs ont réussi à faire des rapprochements entre les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant et de beaucoup d’autres encore, nous invitant à partager leurs remises en question et interrogeant leur vision du monde. Même si l’on pense aujourd’hui que les nouvelles générations sont désabusées, les auteurs nous démontrent qu’un bon nombre de jeunes sont à la recherche de sagesse et de bon sens.

Tout au long du film, les deux amis s’interrogent : Pourquoi le monde va-t-il mal ? Quelles solutions lui apporter ? Quelle est la place de l’homme dans l’univers ?

 

Parmi les questions que soulève le film, certaines nous ont paru très importantes pour notre réflexion : Quelles sont les limites des concepts du progrès et de la modernité ? L’avancée d’une société se mesure t-elle grâce à la croissance de son P.I.B., ou bien faut-il redéfinir la notion de prospérité ? Comment inventer de nouveaux modes de vie qui préservent les héritages de la tradition et accueillent les acquis de la modernité ?

Pierre Rabhi (1) nous rappelle que la modernité qui est censée libérer l’être humain l’a finalement enfermé dans des stéréotypes : «La modernité est une imposture qui, sous prétexte d’améliorer la condition humaine, la démolit. […] Les fondements de la vie sont dans la Nature».

Le journaliste Hervé Kempf  explique que «Le capitalisme a passé son apogée. C’est une forme historique qui a eu sa grandeur, sa dynamique, […] qu’il serait absurde de nier. Il a atteint son apogée et il est en train de se dégrader. On est dans ce moment de transition historique, on est en train de changer d’époque et dans un autre état.»

Par rapport à la connaissance de soi, les philosophes grecs disaient qu’avant de vouloir réformer le monde, il fallait commencer par se connaître et se réformer soi-même.

 

Prendre le temps d’interroger ses croyances personnelles ou de regarder ses zones d’ombre ne sont-ils pas des préalables pour mener à bien une transformation sociétale ?

«Gandhi nous a permis de réfléchir d’une autre manière. […] Le véritable changement est de ne pas voir la nature comme sauvage mais de voir qu’elle est nécessaire à la vie. […] Sortir du consommateur pour retrouver notre partie de créateur et de producteur est une partie de la solution. […] Le vrai challenge est de croire que nous, citoyens ordinaires, pouvons amener le changement (2).»

Concernant les crises écologiques, elles trouvent leurs racines dans notre vision du monde et dans notre rapport à la nature.

Albert Einstein disait : «On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré.» Selon Bruce Lipton (3), le monde n’est que le reflet de nos croyances collectives. Quand le système de croyance ou de vision du monde change, les questions existentielles que se pose l’homme reçoivent de nouvelles réponses et ainsi, la civilisation précédente s’éteint. Et une nouvelle civilisation naît, basée sur de nouvelles croyances et de nouveaux modes de vie. Et c’est ce que nous sommes en train de vivre actuellement.

 

Concernant la puissance de la société civile, les structures politiques actuelles sont-elles en mesure de répondre aux crises environnementales et sociales ?  Ce qui est très frappant est que la plupart des gens interrogés dans ce film, au lieu de demander des changements d’institutions ou de systèmes, ont choisi de faire vivre des projets qui, à leur modeste échelle, répondent en auto-portance aux besoins du moment. Jules Dervaes, jardinier urbain à Los Angeles, a commencé par une auto-production, est aujourd’hui en train de distribuer sa production dans toute la ville  et en encourage d’autres à continuer son œuvre. Il dit : «L’espoir est dans chaque individu et pas dans les gouvernements ni dans les multinationales. Eux ils ont leur propre plan et on ne peut les contrer. Mais on peut puiser dans son âme et voir ce que l’on peut faire individuellement».

 

Dans la playlist du film, Samdhong Rinpoché, le premier ministre tibétain en exil, affirme : «Le problème du monde n’est pas dû au pouvoir des gens mauvais et malfaisants. Le problème provient plutôt de l’inactivité des gens en faveur du Bien. Les gens qui veulent le Bien sont inactifs, désorganisés. Ils ne se mettent pas en réseau.»

Comme l’a rappelé l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan pendant le débat, les choses n’existent pas en soi. Tout est en interdépendance. Il appartient maintenant à chaque individu de partager cette interdépendance et de créer des synergies solidaires, pour sortir du repli sur soi et du sentiment d’impuissance.

 

Nous ne pouvons donc que reprendre une des conclusions de Marc de La Ménardière : «Pour faire un monde meilleur, il faudrait changer de vision. Pour que ce changement advienne, nous sommes tous appelés à évoluer, car la véritable évolution est intérieure.»

 

Chers lecteurs, je ne peux que vous encourager à aller voir ce film (4) qui nous interpelle au fond de nous–mêmes et nous donne de belles pistes positives d’avenir.

 

(1) Agriculteur biologiste, romancier et poète français qui défend un mode de société plus respectueux de l’homme et de la terre, en préservant les ressources naturelles, l’agroécologie. Il dirige le Mouvement des Colibris

(2) Vandana Shiva, écologiste, écrivain et féministe indienne. Elle dirige la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles. Elle a reçu le Prix Nobel alternatif en 1993

(3) Bruce Lipton, né en 1944, docteur en biologie moléculaire américain

(4) Pour assister à la projection du film En quête de sens, au-delà de nos croyances : www.enquetedesens-lefilm.com