Aller à la page Formation aux Sagesses d'Orient et d'Occident

Agenda

Consulter l'agenda complet

  • Grandes oeuvres philosophiques. Propos sur l'éducation d'Alain
    jeudi 27 avril 2017 de 10h à 12h
    19 bd Salvator 13006 Marseille

  • Les grandes oeuvres philosophiques. La crise de la culture d'Hannah Arendt
    jeudi 4 mai 2017 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Les grandes oeuvres philosophiques. Le phénomène humain de Teilhard de Chardin
    jeudi 11 mai 2017 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

Mai 2010

Éditorial par Fernand Schwarz, Président fondateur de Nouvelle Acropole en France

 

Le temps du sursaut ?

 

La nouvelle décennie qui s’ouvre devant nous porte en elle la prise de conscience du progrès et de ses dangers. L’ensemble des crises auxquelles nous devons faire face (écologique, sociale, alimentaire, financière…) nous oblige à repenser l’avenir que nous souhaitons. Nos modèles de vie sont remis en question, tant au niveau matériel et technologique qu’au niveau spirituel. Une autre recherche de nous-mêmes commence.

 

Il est intéressant de constater que pendant l’année Darwin (1) que nous venons de quitter, et dont nous faisons un large écho dans notre revue, de nouvelles découvertes nous incitent à  remettre en question le modèle de notre propre évolution. Et si le singe descendait de l’homme ? Jean Staune nous rappelle que même le sens de l’évolution et de l’univers est à revoir. La note d’espoir et le nombre croissant de scientifiques et de chercheurs qui appellent à une vision interdisciplinaire, confirment que la philosophie devient plus que nécessaire pour comprendre le sens de ce que nous vivons et apprenons.

 

Mon regretté ami Paul Barba-Negra qui nous a quittés en octobre dernier se plaisait à dire en parlant de notre époque que les maîtres du discours réduisent l’être au dire. La saturation du «dire» est devenue telle qu’enfin nous commençons à aspirer à un peu d’Être. Ceci devrait le réjouir depuis là où il est. Il était amoureux de la mémoire de l’humanité et tout au long de sa vie en a souligné l’unité planétaire. Grâce à lui, j’ai pu rencontrer les grands penseurs roumains en exil dont le chef de file fut incontestablement Mircea Eliade. Comme Eliade, Paul Barba-Negra, à travers ses films, a tenté de prouver les limites de toute pensée désacralisée et désacralisante. Dans l’entretien que nous publions, il rappelle que c’est la planétarisation de la technique qui a entraîné la désacralisation, conduisant la mémoire du monde à la rupture et à l’oubli. En réduisant la seule réalité au visible, l’Occident, dit Paul Barba-Negra, a instauré ce que Robert Jaulin (2) a appelé la «civilisation du vide». Ce sont les conséquences de cela qui peuvent expliquer les défis auxquels sous sommes confrontés aujourd’hui.

 

Ce n’est pas  le temps d’abandonner nos idéaux ou de les compromettre au nom d’un pseudo réalisme qui oublie l’essentiel. Sans idéaux, on ne peut pas s’élever ni faire naître des sociétés de dignité et de concorde. Le temps des sursauts est-il arrivé… ?

 

(1) 2009 : commémoration du 200ème anniversaire de la naissance de Darwin et du 150ème anniversaire de L’Origine des espèces

(2) Robert Jaulin (1928-1996) :  directeur de recherche au CNRS et fondateur du département d’ethnologie de l’université Paris VII - Denis Diderot