Avril 2016

Éditorial par Fernand Schwarz, Président de la Fédération des Nouvelle Acropole

 

Vous n'aurez pas ma haine !


«N’en finirez-vous pas avec ce meurtre au bruit sinistre ?

Vous ne voyez donc pas que vous vous dévorez,

Entre vous dans votre indifférence envers l’esprit ?»

Purifications, Empédocle d’Agrigente. CXXVI, (- 490 - 430 av. J.-C.) (1)

 

 

La force d’union qu’est l’amitié, s’oppose selon Empédocle (2) à la force de haine ou de la discorde, qui à l’inverse tend à dissocier, à défaire ce qui tient ensemble et est unifié… Toutefois, ces deux principes, pour être contraires, n’en sont pas moins complémentaires.

En effet, l’action de l’un ne peut se comprendre que dans et à travers son opposition à celle de l’autre : la haine détruit ce qui est uni par l’amitié, laquelle exerce inversement son action d’union et d’harmonisation sur ce que la haine a isolé et démembré.

 

Le 22 mars 2016, nos amis belges ont subi les effets de la haine et de la terreur. Comme l’a écrit Antoine Leiris, dont l’épouse a été tuée le 13 novembre 2015 (3), nous pouvons répondre comme lui : «Vous n’aurez pas ma haine» (4).

En refusant l’agent de la discorde, nous évitons la tentation du repli et la vision d’une Europe régie par la terreur. Nous ne devons pas oublier que les principales victimes du terrorisme islamique sont les musulmans eux-mêmes. La façon dont les islamistes agissent dans leur propre pays, lorsqu’ils le gouvernent, nous le montre chaque jour. Mais il appartient également aux musulmans d’exprimer clairement leur réprobation de l’interprétation littérale de leur propre religion.

 

Si nous voulons démontrer qu’une autre issue est possible, nous devons prouver par notre propre formation du caractère et notre force morale qu’ils ne peuvent atteindre notre capacité d’amour et d’union.

 

La régie de France Télévision vient de sortir une campagne «Tous unis contre la haine». Cela part d’un bon sentiment mais plutôt que de lutter contre, ne faudrait-il pas penser à réunir toutes les intelligences du cœur qui veulent, comme le demande le philosophe musulman Abdennour Bidar, œuvrer toutes ensemble, pour quelque chose de beau et difficile : la fraternité.

«La fraternité tout court n’est pas simplement la fraternité de tel sang ou de telle religion. Pourquoi la fraternité ? Elle est ce qui manque le plus à notre vivre ensemble, et ce dont l’absence – ou la rareté – nous fait le plus souffrir» (5).

Il veut nous engager à relever ce défi en tant que responsabilité collective. «Un but commun qui insufflera à nos vies la dimension spirituelle qui lui manque si souvent… un but partagé par tous, et qui réunirait, comme au temps de la Résistance, chanté par Aragon (6), ceux qui croient au Ciel, à tel ou tel Ciel, et ceux qui n’y croient pas».

«Il m’a vilipendé ; il m’a maltraité, il m’a vaincu ; il m’a volé. Chez ceux qui accueillent de telles pensées, la haine ne s’apaise jamais… Chez ceux qui n’accueillent jamais de telles pensées, la haine s’apaise. En vérité, la haine ne s’apaise jamais par la haine ; la haine s’apaise par l’amour, c’est une loi universelle» (7).

 

La colère qui devient haine nous fait brûler dans notre propre enfer intérieur car, comme l’abeille, elle provoque la souffrance en piquant, elle souffre elle-même et meurt ensuite.

Ces enseignements du Bouddha nous rappellent que les sages de toutes les époques ont bien compris la force atemporelle de l’amour et de la fraternité.

Comme le confirment les paroles de Martin Luther King (8) : «L’obscurité ne peut chasser l’obscurité, seule la lumière peut y parvenir. La haine ne peut chasser la haine ».

L’écrivain chinois Liu Xiaobo prolonge sa pensée : «La haine peut empoisonner l’esprit d’une nation, inciter à des combats cruels et mortels et détruire la tolérance et l’humanité d’une société». Résister. Se préserver de la haine. Et surmonter la peur.» (9)

 

Associons-nous donc à la pensée de Marc Aurèle : «N’aie point pour les hommes cruels et dénaturés, les mêmes sentiments qu’ils ont pour les autres hommes» (10).

 

(1) Empédocle : philosophie présocratique et spiritualité orientale, Jean BIES, Éditions Almora, 2010

(2) Philosophe, ingénieur, médecin grec, thaumaturge et poète (Ve siècle av. J.-C.) Il serait également le premier à avoir rassemblé des observations sur ce qui allait devenir la rhétorique

(3) Série d’attentats perpétrés à Paris et dans sa périphérie par trois commandos de l’organisation terroriste islamique dite «Daech»

(4) Message écrit par Antoine Leiris, journaliste à France Bleue dont l’épouse a été tuée dans l’attentat du Bataclan

https://www.facebook.com/antoine.leiris/posts/10154457849999947

(5) Extrait de Plaidoyer pour la Fraternité, Abdennour BIDAR, éditions Albin Michel, 2015

(6) Poète, romancier et journaliste et fervent communiste, Louis Aragon (1897-1982) fut l’un des animateurs du dadaïsme parisien et du surréalisme avec André Breton, Paul Éluard, Philippe Soupault. Beaucoup de ses poèmes furent mis en musique par Léo Ferré et Jean Ferrat de ses poèmes. Avec l’écrivain Elsa Triolet, il forma l’un des couples emblématiques de la littérature française du XXe siècle.

(7) Paroles de Vérité, Dhammapada Sutta

(8) Pasteur baptiste afro-américain (1929-1968), militant non-violent pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis, pour la paix et contre la pauvreté. Prix Nobel de la paix en 1964, assassiné, il est considéré comme l’un des plus grands orateurs américains

(9) Extrait de Se préserver de la haine, Jean Claude AMEISEN, Forum des idées, Résister, Journal Le Monde, 26 mars 2016

(10) Extrait de Pensées pour moi-même, Marc Aurèle, Éditions Garnier-Flammarion, 1964