Aller à la page Formation aux Sagesses d'Orient et d'Occident

Agenda

Consulter l'agenda complet

  • Philosophie et Littérature. Tolstoï : Résurrection
    jeudi 26 novembre 2020 de 10h à 12h
    19 bd Salvator 13006 Marseille

  • Philosophie et Littérature. Marc-Alain Ouaknin : Bibliothérapie, lire c'est guérir
    jeudi 3 décembre 2020 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Philosophie et Littérature. Albert Camus : Noces
    jeudi 10 décembre 2020 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

Aristote, le savant

par Brigitte Boudon, enseignante en philosophie, fondatrice des Jeudis Philo à Marseille, auteur des ouvrages : Les voies de l'immortalité dans la Grèce antique, Symbolique de la Provence, Symbolisme de l’arbre, Symbolisme de la croix.


En 347 avant notre ère, Platon meurt en laissant l’Académie à ses disciples. Près de vingt ans auparavant, vers 367 ou 366, Aristote y était entré comme élève d'abord avant de devenir l'un des plus brillants disciples de Platon. On oppose souvent Platon, philosophe nous conduisant par les mythes vers le monde supérieur des Idées à son disciple Aristote, penseur encyclopédique qui aurait fait redescendre la philosophie sur la terre. La célèbre fresque de "l'Ecole d'Athènes" de Raphaël nous montre ainsi Platon et Aristote marchant côte à côte, Platon levant son index vers le ciel et Aristote abaissant sa main vers la terre. En fait, la position d'Aristote à l'égard du platonisme est plus complexe.

 

1- Sa vie

 

Aristote naît en 384 avant notre ère à Stagire, petite ville de Macédoine. Au nord de la Grèce, la Macédoine n'a jamais connu l'émancipation démocratique qui caractérise les cités grecques de l'Attique au monde insulaire, à partir du VIème siècle avant notre ère : elle a toujours conservé un régime monarchique. C'est, là, la première particularité du royaume macédonien dans le contexte grec. Cette "exception" macédonienne n'est pas sans conséquence sur la vision qu’Aristote aura du bon gouvernement.

 

Mais plus important, c'est du vivant d'Aristote, au temps du roi Philippe II, que la Macédoine conquiert la Grèce jusqu'alors libre et indépendante. Alexandre le Grand, fils de Philippe II, porte beaucoup plus loin encore l'esprit de conquête de la monarchie macédonienne. Ainsi, si Platon a vécu à l'heure du déclin de la cité grecque en général et du déclin d'Athènes en particulier, Aristote assiste, lui, à l'asservissement de la Grèce et au triomphe de la Macédoine.

 

Aristote perd de bonne heure son père Nicomaque, médecin du roi Philippe II de Macédoine. Cette origine explique à la fois l'intérêt d'Aristote pour la biologie comme ses liens privilégiés avec la cour de Macédoine. A l’âge de 17 ans, il vient à Athènes et suit pendant vingt ans les leçons de l'Académie. Au moment de la mort de Platon en 348-347, il fait un séjour à la cour du tyran Hermias, avant d'être appelé vers 343-342 par Philippe II qui lui confie l'éducation de son fils Alexandre. Enfin, vers 335-334, à la mort de Philippe, il revient à Athènes où il fonde le Lycée ou Peripatos, sorte de péristyle où l'on se promène en discutant. Il sait associer ses disciples à ses recherches et utiliser leurs travaux dans ses vastes synthèses. Il exerce treize ans durant son enseignement à Athènes. A la mort d’Alexandre, il fut, lui aussi, comme Anaxagore, comme Socrate, accusé d'impiété. Sur le point d'être traîné en justice, il se réfugie à Chalcis où il meurt en 322 avant J-C.

 

 

2 - Ses œuvres

 

De l’œuvre considérable d’Aristote, nous ne possédons plus que les ouvrages ésotériques destinés à ses élèves, souvent simples notes de cours ou fiches tandis que tous les livres exotériques (destinés au grand public) sont perdus.

 

Ainsi les ouvrages que nous connaissons n'ont pas été édités par Aristote lui-même. Aristote n'est pas, par exemple, I'auteur de la Métaphysique mais d'une douzaine de petits traités que les éditeurs ont cru bon de rassembler sous le titre de Métaphysique, c'est-à-dire traité qui doit se lire après celui de La Physique. Il y a donc, comme pour les œuvres de Platon, une grande difficulté de chronologie pour tenter de remettre ces écrits non datés dans l'ordre probable où ils furent écrits. Des études systématiques et méthodiques ont, depuis le début du XXème siècle, tenté de mettre de l'ordre dans ces écrits à partir des contradictions qui ressortent du corpus. Ses opinions les plus platoniciennes seraient les plus anciennes. Cependant, la philosophie d'Aristote est d'emblée pluraliste. Il s'engage dans les recherches les plus disparates. Aussi, toute tentative pour lui donner une unité aboutit à de graves malentendus.

 

 

3 - La critique des Idées de Platon

 

Aristote déclare dans l'Ethique à Nicomaque que si l'amitié et la vérité lui sont chères l'une et l'autre, il doit cependant préférer la seconde à la première. Comprenons que sans cesser d’être l’ami de Platon, il se voulait aussi ami de la vérité.

 

Aristote affirme que la réalité intelligible vient inutilement doubler la réalité sensible et que l'on se trouve en présence de deux réalités sans que l'on puisse comprendre comment peut s'opérer le passage de l'une à l'autre, sinon à la manière platonicienne, c’est-à-dire par le biais du mythe. Mais, Aristote, biologiste, étudiant d'abord les phénomènes de la vie sur terre, refuse de suivre Platon sur le chemin du mythe.

 

Aristote reste donc dans une interprétation dualiste selon laquelle il existe une coupure fondamentale entre le domaine des réalités stables, immuables et le domaine des réalités mouvantes, indéterminées qui ne sont accessibles qu'à l'opinion.

 

Aristote ne renonce pas à cette coupure mais il la déplace. Au lieu de séparer deux mondes, le monde intelligible et le monde sensible, la coupure est désormais intérieure au seul monde qu'Aristote tienne pour réel, séparant alors deux régions de ce monde : la région céleste caractérisée par la régularité immuable des mouvements qui s'y produisent et la région sublunaire (c’est-à-dire située au-dessous de la sphère de la lune), domaine des choses qui "naissent et périssent" et sont soumises à la contingence et au hasard.

 

Dès lors, l’intelligible n'est plus transcendant au monde mais il en est une partie : la dualité si fortement affirmée des deux régions du monde, rétablit une sorte de transcendance platonicienne mais cette transcendance est désormais intra-mondaine.

 

La conséquence qu'en tire Aristote est qu'on peut désormais faire l'économie de l'hypothèse des Idées. Les Idées platoniciennes, immuables, avaient été posées comme conditions de possibilité de la science, fournissant à la science l'objet stable que le sensible toujours en mouvement ne parviendrait pas à lui offrir. Ainsi, le lit en soi doit-il être le même que les lits sensibles, sans quoi il ne serait pas l'idée de ces lits. On peut résumer grossièrement la pensée d'Aristote en disant que, ou bien les Idées sont séparées, ou bien elles sont identiques au sensible et dans ce cas, on peut donc faire l'économie des Idées.

 

Aristote n'est pas uniquement le contradicteur de Platon. Il bâtit son propre système philosophique, en partant d'observations sur la nature des choses, la physique des présocratiques, et de là aboutissant à une métaphysique qui donne les causes premières de la physique. Ainsi, même si on ne sait encore aujourd'hui dans quel ordre Aristote a conçu et écrit ses œuvres, une certaine logique nous conduit de la physique à la métaphysique, l'ordre donné à l'œuvre d'Aristote par Andronicos de Rhodes correspondant à une dynamique qui reste la meilleure expression de l'ensemble de l'œuvre aristotélicienne.

 

Aussi, suivrons-nous cette "lecture" qu'Andronicos a fait des œuvres aristotéliciennes, partant de la physique d'Aristote, observation et compréhension des phénomènes terrestres, pour parvenir à la métaphysique, puis à l'ontologie et à l'éthique.

 

 

4 - Logique, biologie et physique chez Aristote : l'observation du monde

 

Aristote est l'inventeur de la logique formelle, discipline qui étudie la forme du raisonnement, indépendamment de son contenu. Une part importante de son œuvre est consacrée à la science du raisonnement, peu à peu élaborée grâce aux sophistes et aux rhéteurs ; mais jamais cette science du raisonnement n'avait été dégagée dans un système cohérent. Le type même du raisonnement pour Aristote est le syllogisme, dont il établit avec soin la théorie. Cette discipline est, selon Aristote, l'Organon, c’est-à-dire l'outil ou l'instrument de la science. L'ensemble de l'œuvre logique d'Aristote est ainsi désigné sous le titre d'Organon.

 

Le syllogisme est un discours dans lequel certaines choses étant posées, une autre chose différente d’elles en résulte nécessairement par le seul moyen de ces données.  C’est dans les Premiers Analytiques qu'Aristote édifie la théorie formelle du syllogisme, théorie qui fait abstraction de la vérité ou de la non-vérité des prémisses.

 

Le syllogisme est donc une suite de trois propositions associant trois termes différents deux à deux. On connaît l’exemple célèbre de syllogisme :

Tous les hommes sont mortels

Or Socrate est un homme

Donc Socrate est mortel.

 

La première proposition est dite majeure ; la deuxième, mineure ; la troisième proposition qu'il s'agit de démontrer est la conclusion. Tous les syllogismes ont la même valeur démonstrative, en ce sens que, dans tous les cas, la conclusion suit nécessairement les prémisses. Aristote voit dans le syllogisme le procédé par excellence de la science, du moins de la science constituée, parvenue au stade de l'exposition démonstrative.

 

Mais dès l'Antiquité des objections sont présentées contre la valeur logique du syllogisme.

 

Les premières sont formulées par les Sceptiques : le syllogisme comporterait une pétition de principe, en ce sens que la vérité de la majeure implique celle de la conclusion : pour être assurés que tous les hommes sont mortels, il faut savoir déjà que Socrate qui est un homme, est mortel. Mais si nous le savons déjà, à quoi bon le conclure ?  Autrement dit, on ne peut conclure des prémisses que ce qui y est déjà contenu : le syllogisme se réduirait alors à une simple évidence. A cela, Aristote aurait répondu que le syllogisme nous permet de passer d'un savoir universel, donc en puissance, à un savoir particularisé, donc actuel.

 

L'idéal du syllogisme aristotélicien est de manifester, en dehors de tout recours à l'expérience, des enchaînements nécessaires d'essence, comme les mathématiques nous en fournissent le modèle.

 

En fait, Aristote ne recourt que fort peu au syllogisme dans son œuvre scientifique, car pour former des syllogismes, il faut être en possession des prémisses, plus universelles que la conclusion. Mais si l'universel est le plus connu en soi, il est le moins connu pour nous qui, dans la sensation, rencontrons d'abord le particulier. Avant l'universel, on rencontre d'abord le particulier, il y a nécessité d'une opération préalable et de sens inverse qui est la remontée du particulier à l'universel : c'est "l'induction", procédé qui n'a pas la rigueur du syllogisme mais, qui, dans la mesure où il nous élève à l'intuition de l'universel, est singulièrement plus fécond.

 

L'induction qui trouve surtout son domaine d'application en biologie est sans usage là où les principes requis sont d'une généralité telle qu'aucune intuition ne leur correspond. L'idéal d'Aristote demeure donc celui d'une déduction absolue, le même que poursuivaient dans le même temps les mathématiciens. La logique n'explique pas tout et présente les mêmes limites que la réflexion mathématique chez Platon. Aristote va donc chercher d'autres modes d'explication.

 

Biologie et philosophie de la nature chez Aristote

 

L’observation biologique a été l'une des activités les plus constantes d'Aristote et aussi l'une des plus fécondes comme en témoignent le nombre et l'importance des traités qu'il a consacrés à la science de la vie. L'histoire des animaux est un recueil d'observations ; les traités Des parties des animaux et De la génération des animaux représentent une systématisation déjà avancée, le premier dans l'ordre de l'anatomie comparée, le second dans l'ordre de la physiologie et en particulier de l’embryologie. A côté d'observations aujourd’hui jugées erronées, on y trouve des classifications judicieuses répondant à la méthode de l'analogie.

 

Aristote est le premier à repérer l'analogie fonctionnelle par exemple entre les poumons et les branchies et surtout le principe général selon lequel la fonction détermine l'organe et non l'inverse : I'homme a des mains parce qu'il est intelligent et non il est intelligent parce qu'il a des mains. La nature est, pour Aristote, le principe qui assure à notre monde sa cohérence et sa relative intelligibilité.

 

 

La Physique d'Aristote, la prise en considération du mouvement

 

Il serait vain de vouloir caractériser en un mot la physique d'Aristote. Il y a cependant chez lui une philosophie générale de la Nature. La nature est pour les êtres naturels principe de mouvement. En ce sens, l'être naturel se distingue de l'être immobile et se subordonne à lui : c’est pourquoi la physique n'est que la philosophie seconde. Mais d'un autre côté, la nature est de tous les principes du mouvement, le plus stable parce qu'il est intérieur aux êtres qu'il meut.

 

La nature est donc définie par Aristote comme principe interne de mouvement, autrement dit comme principe immanent de spontanéité, tel un médecin qui se guérit lui-même ou la pierre qui tend d'elle-même vers le bas. Il faut donc distinguer la nature animée de la nature inanimée. La vie se matérialise par le mouvement. Aristote dit que " le mouvement n’est qu'une sorte de vie appartenant à tout ce qui existe par nature" (Physique VIII, 1, 250, b, 14).

 

 

 

5 - Ontologie et Métaphysique chez Aristote

 

A partir d'une double définition de la métaphysique, Aristote établit une double science de l'être, celle de l'être quelconque (ontologie ) et celle de l'Etre suprême (théologie).

 

Le philosophe est celui qui connaît le plus de choses, c’est-à-dire commente Aristote qui possède la science de l'universel, car celui qui connaît "l'universel connaît d'une certaine façon les cas particuliers qui tombent sous l'universel". Cette définition présente la philosophie comme la science de l'être en tant qu'être.

 

Mais le philosophe est aussi "celui qui connaît les choses les plus hautes et les plus difficiles" choses qui ont leur fın en elles-mêmes. La "science recherchée'', dite philosophie première, est alors assimilée à la théologie, c’est-à-dire à une science particulière encore que cette science ait pour objet le genre le plus éminent.

 

Ces deux sciences (ontologie et théologie) ont été très vite confondues par les commentateurs sous le nom unique mais équivoque de Métaphysique. Il s'agit pourtant de deux sciences différentes et non de deux définitions différentes de la même science.

 

. La science de l'être en tant qu'être se distingue de toutes les autres par son universalité : elle est d'emblée définie par son universalité et prétend par là-même à la primauté conformément à la leçon des Analytiques, traité selon lequel l'universel contient en schéma le particulier. La science des fondements les plus universels sera alors en même temps le fondement des sciences particulières.

 

. La théologie s'impose par sa primauté, c’est-à-dire par la particularité éminente de son objet. Définie d'abord par sa primauté, la théologie n'en vise pas moins à l'universalité : science du principe premier, Dieu, elle connaît en même temps ce dont le principe est principe, s'agissant du principe premier de qui dépendent toutes choses, le "ciel et la nature", tout entiers.

 

Chacune des deux sciences étant à la fois universelle et première, les commentateurs ont souvent été tentés d'assimiler leurs objets : l'être en tant qu'être serait l'être éminemment être, c’est-à-dire divin. Cette assimilation traditionnelle chez les commentateurs de l'Etre divin et de l'être en tant qu'être masque malheureusement la dualité aristotélicienne des problématiques ontologique et théologique et méconnaît la distinction entre la science de l'être commun et la science d’un être particulier, mais suprême.

 

L’ontologie : question de l'unité de l'être

 

Aristote recherche la substance, la forme substantielle à l’œuvre dans chaque individu.

"L'argument du troisième homme" est fameux : Socrate et Callias se ressemblent parce qu'ils participent de l'idée de l’homme en soi ; mais la ressemblance de Socrate et de l'homme en soi ne se peut expliquer que par un troisième homme et ainsi de suite.

 

Pour Aristote, l’être ne peut être qu'individuel. Mais l'être peut se dire en une pluralité de sens car il se détermine d'après des catégories, antérieures aux opérations de l'intelligence et qui sont au nombre de dix (substance, quantité, qualité, relation, lieu, temps, position, possession, action, passion). Se pose alors le problème de l’unité de I'être et par conséquent d'une science unique de l'être, qui aurait pour objet l’être en tant que tel.

 

La difficulté pour admettre cette hypothèse d'une science unique de l'être tient à cette constatation, véritable leitmotiv de la métaphysique aristotélicienne, que "l’être se dit en une pluralité de sens".

 

Socrate est homme

Socrate est juste

Socrate est grand de trois coudées

Socrate est plus âgé que Coriscos

 

Respectivement, le verbe être signifie l'essence, la qualité, la quantité et la relation.

Ces différents sens de l'être sont appelés par Aristote « catégories » (du grec categoria qui signifie attribution) : les catégories sont donc les différents modes de signification selon lesquels être lie le prédicat au sujet de la proposition.

 

L’ontologie (science de l'être) progresse ensuite par une série de distinctions fondamentales. La substance est un être qui se suffit à lui-même ; les accidents ne subsistent que reçus par une substance.

 

La substance se présente sous deux aspects : en acte, quand sa forme est réalisée ; en puissance quand cette réalisation n'est pas encore achevée. Ainsi l'adulte est en puissance dans l'enfant, le carré ou le cube d'un nombre dans ce nombre. Le cœur de la substance ou substrat subit des changements qui sont passage de la puissance à l'acte et qui peuvent être de quatre types : qualitatifs, quantitatifs, locaux ou substantiels (ce dernier, le plus radical, étant génération ou mort).

 

Les significations multiples de l'être, bien qu'elles soient irréductibles les unes aux autres, n'en comportent pas moins une certaine unité dans la mesure où elles  "se disent par rapport à un principe unique" qui est l'essence. Aristote conclut que la science de l'être peut être dite "une" dans la mesure où la question "qu'est ce que l'être ?" se laisse ramener à cette autre question "qu'est ce que l'essence ?"

 

La tradition s'est cependant trop aisément satisfaite de cette assimilation entre être et essence. Aristote ne tente jamais une explication du monde à partir d'un principe unique.

 

De la vie à l'âme

 

Parti de l'affirmation platonicienne d'une dualité entre l'âme et le corps, Aristote parvient dans le traité De l'âme à une conception qui, au contraire, voit dans l'âme, la forme du corps, donc liée à lui et disparaissant avec lui.

 

Mais l'âme n'est pas la forme de n'importe quel corps : elle est la forme d'un corps naturel c'est-à-dire qui a en lui-même le principe de son propre mouvement. Un pas de plus est donc nécessaire pour définir l'âme au sens strict : "l'âme est la forme d'un corps organisé avant la vie en puissance" mais une telle vie resterait seulement en puissance si l'âme ne la maintenait constamment en acte. L'âme est définie par le principe vital par quoi le corps se trouve animé et faute de quoi il retourne à la pure matérialité.

Aristote se croit en mesure d'expliquer la vie avec les seuls concepts fondamentaux qu'utilisait sa physique : l'âme est forme, acte, fin ; le corps est matière, puissance, ce qui n'empêche pas le corps organisé d'être lui-même forme, acte et fin. L'âme n'est donc pas autre chose que le terme suprême d'une hiérarchie de formes qui expliquent successivement la cohésion de la matière spécifiée du corps physique et finalement de l'être animé. L'âme est au corps ce que la fonction est à l'organe, ce que la vision, par exemple est à l'œil. La conséquence en est que l'âme n'est pas un être subsistant par lui-même. La substance, ce n'est pas l'âme mais le composé d'âme et de corps. A la question posée dès le premier chapitre du Livre I du traité De L'âme : « L’âme a-t-elle des attributs qui lui soient propres ? »,  Aristote répond négativement : ce qu'on appelle improprement « passions de l'âme" n’affecte pas l'âme seule mais l'âme avec le corps ; c'est l’être vivant tout entier, âme et corps, qui se met en colère, fait preuve de courage ou éprouve des désirs et des sensations.

 

Ame et intellect

 

Les fonctions supérieures de l'âme se dégagent peu à peu de leur conditionnement sensible. La plante a une âme végétative, l'animal une âme sensitive, enfin seul l'homme est doué d'une âme intellective. Cette description se détache d'emblée de la conception platonicienne en ce que la sensibilité n'apparaît plus comme un obstacle à la connaissance intellectuelle mais bien plutôt comme une médiation vers elle. En plusieurs pages de son œuvre, Aristote insiste sur la continuité du passage qui permet de s'élever de la sensation à la science, passage qui n'est au demeurant que l'actualisation de ce qui est en puissance dans la sensation. Le particulier objet de la sensation est en puissance l’universel, objet de la science.

 

La pensée d'Aristote concernant l'âme s'achève sur l'affirmation d'une transcendance, celle de l'intellect, le Noüs. L'intellection, dit Aristote au livre III du traité De l'âme, est l'acte commun de l’intelligence et de l’intelligible (de même que la sensation était l'acte commun du sentant et du sensible). Mais qu'est ce qui fait passer simultanément à l'acte commun d'intellection, l'intelligence et l'intelligible ?

 

Ce ne peut être qu'un principe intellectuel qui doit toujours être en acte. D'une manière générale, on distinguera entre un intellect agent (ou en acte) et un intellect patient (ou en puissance).

 

Dieu et la théologie métaphysique chez Aristote

 

Si l'homme est un être composé (un composé d'âme et de corps, c’est-à-dire de puissance et d'acte puisque l'âme est la forme du corps), il est pourtant une région de l'être ou l'être se dit d'une façon univoque : c'est le divin.

 

Dieu n'est en effet qu'essence n'ayant ni qualité ni quantité, n'étant ni dans un temps ni dans un lieu, n'entretenant aucune relation, n'ayant nul besoin d'agir et ne souffrant aucune passion. Son existence ne peut être mise en doute car nous en saisissons la manifestation immédiate dans l'observation astronomique : les astres, que caractérise leur immatérialité, leur parfaite éternité, la circularité et régularité de leur mouvement sont "ce qu'il y a de visible parmi les choses divines". Les astres se meuvent eux-mêmes soit par ce que l’on considère que leur matière, l'éther, a pour nature de se mouvoir toujours, soit parce qu'ils sont habités par une âme dont le propre est d'être automotrice. Pourtant, Aristote semble de moins en moins satisfait de cette explication. Il pose le principe : "Tout ce qui est mû est mû par quelque chose". Mais le moteur lui-même, en vertu du même principe reçoit son mouvement d'une motion antérieure. Il est néanmoins nécessaire de poser comme principe premier du mouvement un "premier moteur" qui meuve lui-même sans être mû c’est-à-dire un Premier moteur immobile.

 

On passe donc de la considération du mouvement, qui anime toute la physique, à la nécessité d'un Premier moteur. Le Premier moteur ne serait donc pas en dehors du monde mais "à la périphérie de l'univers". Le Premier moteur ne meut pas mécaniquement mais selon une analogie empruntée à l'expérience psychologique : Aristote affirme qu'il meut comme désirable, comme "objet d'amour" ou en termes plus abstraits comme "cause finale" : seule l'analogie du désir non réciproque peut concevoir ce paradoxe d'un moteur qui "touche" au sens d'émouvoir, sans être touché lui-même.

 

Cette célèbre doctrine d'Aristote installe le divin dans un grand éloignement. Moteur lointain, le Dieu d'Aristote est l'idéal immobile vers lequel s'épuisent les mouvements réguliers des sphères célestes, l'alternance des saisons, le cycle biologique des générations, les vicissitudes de l'action et du travail des hommes. Cette description de Dieu comme "pensée de soi-même" n'est pas le fruit d'une intuition comme l'a cru la tradition mais plutôt une formule paradoxale et résiduelle, qui tend seulement à exhausser Dieu au-delà de la pensée laborieuse qui est le lot de l'humanité. Aristote est le véritable précurseur de la théologie négative que développeront plus tard les Pères de Cappadoce et Denys l'Aréopagite, théologie selon laquelle l'homme ne peut parler de Dieu que par la négation.

 

6 - La philosophie des choses humaines

 

Le bonheur

 

Le bien suprême est au-delà des biens particuliers bien qu'il ne soit pas un Bien en soi séparé des biens particuliers. Ici, Aristote se livre à une critique sévère de la conception platonicienne du Bien. Mais si le Bien n'a pas une signification unique, il n'y en a pas moins une analogie entre ses différentes acceptations car ce que la santé est à la médecine, la victoire l'est à la stratégie, c’est-à-dire à chaque fois la fin des actions correspondantes.

 

Mais à quoi reconnaître le Souverain Bien c’est-à-dire la fin suprême ? Pour Aristote, "I'homme heureux" est celui qui, tel un dieu, "n'a besoin ni de rien ni de personne".

 

Il semblerait donc qu'Aristote situe le bonheur dans une éternité sans partage et sans risque selon laquelle le bonheur est un absolu qui est tout entier réalisé dans l’instant ou n'est pas. Mais Aristote apporte des restrictions qui font dépendre ce bonheur autarcique de conditions qui mettent en question cette perfection et cette autarcie. Ces conditions sont d'abord une vie accomplie jusqu'à son terme "car une hirondelle ne fait pas le printemps ni non plus un seul jour" : et ainsi la félicité et le bonheur ne sont pas davantage l'œuvre d'une seule journée ni d'un bref espace de temps. De plus, le bonheur ne se limite pas à la vertu, comme l'enseigneront les Stoïciens car il ne peut être achevé sans biens du corps et biens extérieurs (richesses, réputation, pouvoir) : "On n'est pas en effet complètement heureux si l'on a un aspect disgracieux si l'on est d'une basse extraction ou si l'on vit seul et sans enfant".

 

Aristote est ici plus sensible que les autres Ecoles de l'antiquité au sentiment populaire du tragique de la vie qui fait dépendre le bonheur de l'homme, non seulement de lui, mais aussi de circonstances qui ne dépendent pas de lui.

 

Il tire de ces réflexions une invitation au courage : l’homme vertueux sera celui qui "tire parti des circonstances pour agir toujours avec le plus de noblesse possible". L'homme doit se contenter en cette vie du meilleur possible et ne pas rechercher un illusoire Absolu.

 

Les vertus

 

Le bonheur réside dans l'activité et non dans une potentialité qui pourrait être en sommeil ; il est usage et non simple possession ; il ne consiste pas à être mais à faire. Mais l'acte propre de chaque être est celui qui est le plus conforme à son essence. Comme il y a deux parties de l'âme, rationnelle et irrationnelle, il y aura deux sortes d'excellence ou de vertus : les vertus intellectuelles et les vertus morales.

 

Le livre II de l'Ethique à Nicomaque propose une définition de la vertu morale : "la vertu est une disposition acquise de la volonté consistant dans un juste milieu relatif à nous lequel est determiné par la droite règle et tel que le déterminerait l’homme prudent". Dire que la vertu est une disposition acquise de la volonté signifie qu’il ne suffit pas de connaître le bien pour le faire car la passion peut s'immiscer entre le savoir du bien et sa réalisation.

 

La vertu, même si elle doit pénétrer la partie irrationnelle de l'âme, est rationnelle dans son principe comme l'atteste la référence à "la droite règle" (orthos logos). Plus étrange est l'appel à l'homme prudent : survivance par-delà Socrate de l'idéal aristocratique. Aristote est persuadé qu'aucune définition générale de la moralité ne peut convenir à la diversité des cas particuliers. Pour juger de ce qui, à chaque fois, est la vertu, il faut un discernement qui ne s'acquiert que par l'expérience : aucun système "moral" ne peut remplacer ici le "conseil" de l'homme prudent.

 

La définition de la vertu contient cependant une référence à une norme : chaque vertu est un milieu entre deux vices qui représentent l'un, un excès, I'autre un défaut. Ainsi le courage est-il un milieu entre la lâcheté et la témérité, la générosité un milieu entre la prodigalité et l'avarice... Il y a un usage mesuré de la passion qui est vertu. La colère est une vertu entre l'irascibilité et l'indifférence (il y a donc de justes colères) : il s'agit non d'un maximum mais d'un optimum. Il est caractéristique qu'Aristote ne propose pas, comme Platon l'avait fait dans la République, une classification des vertus fondée sur la distinction des parties de l’âme.

 

Chaque vertu est définie à partir d'un certain type de situation : le danger pour le courage, la richesse pour la libéralité, le plaisir pour la tempérance... Il n'y a de vertu qu'en situation. Le livre V est consacré tout entier à la vertu de justice. La faiblesse de la loi est d'être générale et donc de ne pouvoir prévoir tous les cas, d'où la nécessité d'en appeler à I'équité. Ce qui fait la valeur de l'équitable est précisément que sa règle n'est pas droite car ce qui est droit est rigide.

 

L'amitié

 

Les livres VlII et IX de l'Ethique à Nicomaque sont consacrés à de fines analyses sur l'amitié qui n'est pas une vertu mais ne va pas sans accompagnement de la vertu. Une difficulté surgit à propos de I'amitié si l’on se souvient que Dieu parfaitement autarcique n'est pas tel qu'il ait besoin d'amis puisqu'il se suffit entièrement à lui-même. Alors il faut se demander si le sage, qui est l'homme le plus semblable à un dieu, doit ou non avoir des amis : la réponse d'Aristote est d'abord nuancée puis finalement positive.

 

La vie contemplative

 

Dans le Livre X de l'Ethique à Nicomaque, Aristote s'applique à montrer que si le plaisir n'est pas un souverain bien, il n'est cependant pas à exclure de la définition du bonheur. Le plaisir n'est pas le bonheur mais il l'accompagne légitimement.

 

La deuxième partie du livre X s'efforce de définir le bonheur propre à l'homme. On peut concevoir le bonheur de deux façons : ou bien comme l'équilibre entre les différentes fonctions dont l'homme est capable (végétative, sensitive, intellectuelle) ou bien comme l'activité de ce qu'il y a en nous de plus haut. C'est cette deuxième voie que suit ici Aristote. Ce qu'il y a de plus haut en l'homme, c'est l'intellect (Noüs) qui est ce par quoi nous participons au divin : le bonheur de l'homme réside donc dans l'activité contemplative.

 

Pour Aristote, être homme, c'est dépasser l'humanité en nous et "nous rendre immortels". Mais, ne serait-ce pas là la démesure ? C'est pourquoi Aristote ne va jamais jusqu'au bout de ce défi qui élèverait l'homme au rang des dieux. L'idéal platonicien d'une assimilation de l'homme au divin subsiste bien chez Aristote mais il n'est plus qu'un idéal et non l'objet d'une possible expérience. Aristote d’autre part a consacré moins de temps à décrire cet idéal que la distance qui nous en sépare. Il est moins préoccupé des triomphes possibles de la contemplation, désirée plus que possédée, que des moyens d'y suppléer par les médiations laborieuses de la dialectique, de la vertu, du travail : il fait preuve d'un humanisme pratique qui invite l'homme à renoncer aux ambitions démesurées mais aussi, selon le vers de Pindare à "épuiser le champ du possible".

 

Conclusion

 

Si Platon fut un théoricien, philosophe de l'Idée, du Bien absolu, de la Justice absolue, Aristote est un expérimentateur qui ne sépare jamais les idées et les valeurs des conditions de vie : père des sociologues en son souci des réalités sociales dans lesquelles l'homme s'incarne. Cet esprit encyclopédique qui a systématisé toutes les connaissances de son temps était puissamment ancré dans le réel. Il est le philosophe des vérités particulières alors que son maître fut celui de la vérité idéale.

 

Après Aristote pourtant, le fil se casse : il n'eut pas de disciples directs. Le Lycée ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Les disciples se découragèrent assez vite et abandonnèrent les spéculations métaphysiques. Ils limitèrent leurs ambitions à des exercices de dialectique et de rhétorique qui constitueront, deux siècles plus tard, l'essentiel de l'activité de l'école. L'aristotélisme se trouvera alors éclipsé par les écoles hellénistiques.

 

Après les débuts de l'ère chrétienne, Aristote commence une nouvelle carrière. Il deviendra pour des siècles celui que Dante a appelé "le maître de ceux qui savent". A ce titre, il inspirera les grandes synthèses médiévales dans le monde islamique, Avicenne et Averroès, comme dans le monde chrétien, Saint Thomas d'Aquin. Commentateur d'Aristote, Saint Thomas tentera de concilier la métaphysique et l'ontologie aristotéliciennes avec la foi chrétienne.