Aller à la page Formation aux Sagesses d'Orient et d'Occident

Agenda

Consulter l'agenda complet

  • Les Grands Sophistes grecs - Protagoras, le statut de l'homme-mesure
    jeudi 4 octobre 2018 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Les Grands Sophistes grecs - Gorgias, le statut du réel et de la connaissance
    jeudi 11 octobre 2018 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Les Grands Sophistes grecs - Hippias, le sophiste politique
    jeudi 18 octobre 2018 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

SE CONCENTRER POUR MIEUX VIVRE LE PRESENT

 

Comment se concentrer dans un monde où les dissipations et les perturbations quotidiennes intérieures comme extérieures sont importantes ? Le mental n’est jamais en repos. Il est empli d’une incessante activité de telle sorte que ses actions nuisent à notre vie présente et future. Bien que cela exige de nombreux efforts, il est nécessaire de le dégager de ses perturbations qui engendrent distraction et dispersion en pratiquant la concentration.

 

La concentration, base de la méditation

 

Le but de la concentration est d’éliminer tous les obstacles qui nous empêchent de pénétrer l’objet de notre attention et de prendre contact avec l’essence des objets matériels ou spirituels. La capacité de posséder intégralement le contenu d’un objet dans lequel on a placé le mental et ce, sans aucun obstacle, est ce que les hindous appellent dhyana, la méditation.

Avec une bonne concentration, la méditation deviendra la possibilité d’éclairer davantage la chose contemplée et nous verrons mieux les choses telles qu’elles sont.

 

Voir l’essentiel

 

L’important n’est pas de tout voir mais de voir ce qui est essentiel. Ainsi, la concentration doit être le repos de toutes les activités «secondaires» pour apporter la paix qui permet de parvenir à l’unité et ce, sans interruption. Au début du cheminement, il est nécessaire de choisir une seule question, peu importe laquelle, simplement la plus élevée pour nous. Cette question doit devenir l’objet de notre concentration, de notre méditation, et tout ce que nous faisons doit nous permettre de revenir toujours à cette même question.

 

La dispersion du mental

 

La pratique du tatrac permet de prendre conscience de la dispersion du mental et de la combattre. Le tatrac est un exercice de concentration qui vise à se concentrer sur un point entouré d’un cercle plein ou pointillé en parvenant à éliminer la vision du cercle pour ne conserver que le point central. Il nous met en contact avec la difficulté de pénétrer un objet et de se l’incorporer sans être atteint par l’environnement extérieur, ni par l’environnement intérieur.

C’est une question d’apprentissage pour placer la conscience à l’intérieur et non à l’extérieur, c’est-à-dire au centre de soi-même. Alors, la vision que nous avons des évènements change radicalement.

 

Le mystère de l’unité

 

Dans le tatrac, vous réussirez certainement à effacer le cercle, mais parfois il reviendra, et parfois avec lui des pensées ou des sentiments qui n’ont rien à voir, et tout cela dans un laps de temps très court. Ainsi, le travail sur la concentration révèle les difficultés que nous avons à nous rassembler en tant qu’unité, c’est-à-dire à être un. Se concentrer est un apprentissage qu’il faut pratiquer quotidiennement pour obtenir des résultats positifs et durables.

 

Fernand Schwarz

 

Cet article est extrait de Concentration et Éveil intérieur selon le bouddhisme tibétain, Fernand Schwarz, éditions Nouvelle Acropole, 2007