La cigale, que le soleil fait chanter

 

La Grèce antique avait fait de la cigale le symbole de la musique et de la poésie ; elle était l’un des attributs d’Apollon. Frédéric Mistral, poète et ardent défenseur de la langue et des traditions provençales, fit de la cigale le symbole de la Provence en 1854 et la dota d’une devise : Lou soulèu me fai canta, « le soleil me fait chanter ».

 

En effet, le chant des cigales envahit toute la Provence dès la mi-juin, à l’arrivée des grandes chaleurs. Chant lancinant, obstiné, imprévu, il éclate soudain sans qu’on puisse déceler son origine. Seuls les mâles sont musiciens, dans l’unique but de séduire les cigales femelles. Ils possèdent dans l’abdomen un étonnant instrument de musique naturel, composé de deux cymbales qui résonnent sous l’action répétée de deux muscles puissants. Les cigales ont une longue vie larvaire souterraine longue d’au moins deux ans, avant seulement deux ou trois semaines de vie à l’air libre. La cigale symbolise l’alternance de la lumière et de l’obscurité, par celle de son silence dans la nuit et de son chant dans la chaleur du soleil. Les différents comportements de la cigale sont d’autant plus fascinants qu’ils sont pour la plupart demeurés longtemps inexpliqués et qu’aujourd’hui encore, la biologie des cigales demeure mystérieuse.

 

Promue par le faïencier Louis Sicard au début des années 1900, la cigale en céramique, fabriquée d’abord en broche, décora rapidement une large partie de la production de la faïence d’Aubagne. Des cigales plus grandes sont destinées aux murs extérieurs des maisons afin de les protéger.