Aller à la page Formation aux Sagesses d'Orient et d'Occident

Agenda

Consulter l'agenda complet

  • Grandes oeuvres philosophiques. Propos sur l'éducation d'Alain
    jeudi 27 avril 2017 de 10h à 12h
    19 bd Salvator 13006 Marseille

  • Les grandes oeuvres philosophiques. La crise de la culture d'Hannah Arendt
    jeudi 4 mai 2017 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Les grandes oeuvres philosophiques. Le phénomène humain de Teilhard de Chardin
    jeudi 11 mai 2017 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

 

L'identité inspiratrice et fédératrice de Marseille

 

La politique marseillaise mise sur le transport et la science pour son développement. Sa préoccupation est principalement de chercher des moyens. La culture est  souvent vue comme un divertissement. Mais l’âme de cette ville a le souvenir de sa grandeur et de son rôle essentiel comme porte sur les valeurs de l’Orient et de la Méditerranée. Notre ville cherche l’immensité. Elle rêve d’incarner la liberté et la loyauté, inspiratrice de la douce France. Le sport joue le rôle de liant et l’OM une fonction de catalyseur puisant du rêve de grandeur. Mais est-ce suffisant à l’aune de son potentiel ?

 

Marseille possède dans son âme une force unificatrice de la Méditerranée, de l’Orient à l’Occident. Son destin est de redevenir un grand port, une ouverture, un ensemencement de l’Europe. Cette renaissance doit lui redonner le rôle de canaliser le meilleur vers le nord. Marseille n’a pas comme vocation de faire naître une nouvelle culture mais d’être une terre d’accueil des graines de valeurs essentielles de la Méditerranée et de les tisser dans une capacité de vivre ensemble.

 

Il nous faut miser sur les hommes. Dans d’autres temps, ils ont su cartographier le monde ou sauver la République naissante et transformer un chant en hymne national. L’histoire commence par un rêve, par un mythe que nous savons concrétiser. Si Marseille renoue avec le rêve, avec l’imaginaire, avec le mouvement, l’aventure et le risque que la mer lui a toujours fourni, alors nous saurons être présents pour faire l’histoire et non pas la subir. Mais acceptons nous de rêver à nouveau ?

 

Pour ouvrir à nouveau le rêve et l’imaginaire, plongeons-nous dans la symbolique des deux divinités qui ont présidé à la naissance de Marseille par les Phocéens et laissons nous inspirer par elles …

 

Apollon

Apollon, sans être le Soleil est une divinité de la lumière solaire. Il représente l’esprit qui voit derrière les apparences. Il est fils de Zeus et de Leto. A sa naissance, Zeus lui offre la mitre d’or, la lyre, le char attelé des cygnes. Il est nourri à l’ambroisie et en quatre jours devient un adolescent. Il tue le serpent Python à Delphes, pour venger sa mère Léto qui fut pourchassée par Héra, et s’y établit.  Une maxime célèbre était inscrite à l’entrée du temple d’Apollon à Delphes : « Connais- toi toi-même ». On lui attribue aussi la sentence « La mesure est le meilleur ».

 

En hiver , il part sur son char pour le Pays des Hyperboréens et revient au printemps.

Il fait germer les fruits et on lui consacre les primeurs. Dieu archer qui tue infailliblement, il est aussi celui qui maîtrise santé et maladies. Un de ses fils est Asclépios, dieu de la médecine. Dieu de la divination et de la prophétie, ses prêtresses sont les Sybilles. Divinité de la musique, du chant, de la lyre, les Muses sont ses compagnes et inspiratrices. Apollon est aussi dieu berger, protecteur des troupeaux, en étroite relation avec le loup.

 

Dieu civilisateur, constructeur, colonisateur, aux multiples fonctions, Apollon est le dieu-oracle qui installe à Delphes sa prêtresse, la Pythie, dont les oracles, une fois interprétés, deviennent de très officielles prédictions. La Pythie est assise sur un trépied, au dessus d’une crevasse d’où montent des vapeurs ; elle entre en transe sous l’effet de ces vapeurs et prononce des mots que les prêtres interprètent ensuite.

 

Apollon incarne également le « juge et purificateur de l’homicide ». Il instaure un nouvel ordre pour remplacer l’antique loi du talion : le sang ne devra pas toujours couler en rançon d’un autre sang. Apollon est près de Zeus et prêt des hommes, c’est pourquoi il devient dans l’orphisme, le symbole même de l’ordre universel et de son harmonie. Il est d’ailleurs pour la Grèce et  pour l’humanité entière l’instructeur ancestra. Il est l’éducateur de la jeunesse, et en tant que tel, conduit les adolescents à l’âge d’homme.

 

Jeune homme d’une idéale beauté, Il porte une longue tunique avec une longue chevelure, en général nu ou avec une cape qui couvre son épaule droite.

 

Ses animaux sont le cygne, le vautour, le corbeau, le coq, le faucon, la cigale, le loup, le serpent, le griffon (plusieurs de ces animaux sont symboles de lumière). Ses plantes sont le laurier, le palmier, l’olivier.

 

Artémis

Sœur d’Apollon et très semblable à lui, elle prend le côté féminin à travers la Lune qui représente la vie de la Nature. Apollon et Artémis sont deux figures opposées et complémentaires, masculin-féminin, esprit-nature.

 

Délos serait son lieu de naissance, elle est qui est fille de Zeus et de Lêtô. Née la première, Artémis aurait aussitôt aidé sa mère à accoucher d'Apollon. Elle protège les femmes en couche, souvenir de sa propre naissance et de celle de son frère.

 

Divinité des régions boisées et montagneuses, le lion, l'ours, la panthère et le cerf sont les animaux qui la symbolisent. Elle vit à l’écart des mortels, vierge farouche et indomptable, éternellement jeune. La dame aux fauves, la pure, Zeus a fait d’elle un lion parmi les femmes pour les protéger ainsi que les nouveaux nés.

 

Parmi ses représentations, nous trouvons la torche, la lune et les étoiles en halo autour de sa tête. Elle est porteuse de lumière de la nuit et guide les fondateurs de cité comme les phocéen en quête d’une nouvelle terre.

 

Farouche et vengeresse envers qui dénigre sa mère ou elle même, elle tue et punie celui qui n’a pas le cœur pur.

 

Les statues la représentent avec une figure sévère, les cheveux retenus, avec une courte tunique, accompagnée d’un cerf ou d’un chien ou bien avec le torse couvert de bourses de taureau et de représentations d’animaux sauvages.

 

Avec cette double protection et inspirations, nous souhaitons initier une recherche sur l’âme de Marseille et une réflexion sur le rêve d’avenir de notre ville.